Par ici !

Culture

Par là !

Art de vivre

Céans !

Voyages

    Art de vivre

    Les Jumeaux Fleuristes – L’art floral, et celui de la reconversion

    Ouh, là ! Cela fait un petit moment que j’ai cet article dans mes tuyaux. Ne vous y trompez pas, le sujet pourtant m’enchante : des jumeaux fleuristes, une bien belle boutique, de biens beaux bouquets… et ma plus chère amie. Si je suis prolixe à parler de destinations magiques et de tables qui font chavirer mon cœur (je ne prends in fine pas trop de risques à parler de muffins), je traîne toujours un peu la savate de la trouille à l’idée de publier un article impliquant des personnes que j’admire. Courageuse, mais pas téméraire…

    Lorsque la susdite amie m’a annoncé son souhait de se reconvertir et de passer un CAP Fleuriste, j’ai :

    1. été très fière
    2. été très émue
    3. été très intéressée (ben oui !)

    Bien sûr, on entend tous parler depuis quelques années de cet engouement pour l’artisanat. Vous savez, cette histoire incroyable du graphiste en boîte de pub qui laisse tout tomber pour ouvrir une boucherie/menuiserie/café/boulangerie, et tel un Merlin bienveillant renoue avec ses racines (forcément, on a tous un aïeul artisan), relance le commerce de proximité dans son quartier et revalorise les métiers manuels. Délaissant les métiers tertiaires vers lesquels nous avons tous été poussés par nos parents et écoles respectifs, nous sommes une génération qui s’offre le luxe de changer d’avis et d’utiliser ses mains. Non pas par obligation, mais par choix. Certains parlent de quête de sens : on comprend certainement mieux le monde en pétrissant du pain qu’en répondant à ses mails.

    Comme tout le monde, j’ai pensé laisser tomber ma connexion wifi au profit d’une vocation plus terre à terre. Mon cahier des charges n’a jamais été aussi flou : je me laissais la possibilité de trouver « quelque chose » qui d’une certaine façon me « grandirait » vers un idéal « plus noble ». Mon phare dans la nuit ? « Quand je le trouverai, je saurai ». Avec du recul aujourd’hui, la vérité c’est que je ne sais rien vraiment faire de mes 10 doigts. D’autre part, je suis bien trop désorganisée pour travailler seule ou monter ma propre affaire. Bien plus facile à dire qu’à faire, donc.

    Mais revenons en à mon amie.

    Nous nous sommes rencontrées à la Sorbonne il y a maintenant 10 ans (je redoutais d’écrire ça, pourtant j’ai plus ou moins fait la paix avec mon âge et le temps qui passe mais tout de même, 10 ans ???). Le monde culturel étant ce qu’il est, y travailler voire y gagner sa vie relève de l’utopie délirante. Sa décision de reconversion a été très soudaine, à son image. Tout, ou rien ! Mais c’est que dit ainsi, ça paraît presque simple en fait, ce changement de vie. Et pourtant, ça ne l’est pas : le retour à l’école, entourée d’élèves sensiblement plus jeunes que vous. La découverte d’un monde où l’on plonge ses mains dans l’eau froide à longueur de journée, où l’on porte des pots de fleurs à tout va, où l’on se lève tôt, on travaille le weekend, l’on s’écorche les doigts quand naguère on tapait mollement sur un clavier. Un saut improbable, un pari vertigineux à la fois pour soi, et son entourage. Le doute : « Et si je me trompe ? »

    C’était un samedi matin, à l’heure ou blanchit la campagne du Pré Saint Gervais (à 8h30 quoi) chez Les Jumeaux Fleuristes, la boutique où travaille désormais mon amie. Plantée comme un pot au milieu des fleurs, j’observais mon amie sortir, ordonner, préparer, tâter les feuilles et juger les tulipes. Elle avait carte blanche pour me faire le bouquet de son choix. Ce qui est chouette avec les bouquets, comme toutes les productions manuelles relevant d’un sens artistique et d’un poil de bon goût, c’est qu’on peut très facilement sentir l’imprégnation de son auteur. Et en contemplant le mien baigné de folie douce, j’ai eu la confirmation, mon Rigo, que tu avais le bon choix.

    Les Jumeaux Fleuristes
    16 rue Danton 93310 Le Pré-Saint-Gervais

    Au-delà de cette ode mielleuse à l’amitié, je vous invite vivement à passer chez Les Jumeaux Fleuristes, de vrais esthètes proposant des compositions vraiment belles, selon leur propre convention. Les prix sont raisonnables, les fleurs fraîches et l’ambiance rocknroll. Et en plus, ils livrent !

  • Bruxelles bonnes adresses
    Art de vivre

    Vers 2018…

    Je n’ai pas vraiment l’habitude de faire des rétrospectives sur ce blog. Le temps me manque déjà pour faire des…

  • Art de vivre

    Pêle-Mêle N°41

    Mon calendrier de l’avent. Comme chaque année, celui de Damman Frères. Je trouve que c’est vraiment le meilleur : la…