Carnet d'adresses Culture Musées

Expositions parisiennes

Voici une liste non exhaustive des expositions parisiennes qui se terminent bientôt et qu’il serait dommage de louper :

Les impressionnistes en privé l Musée Marmottan Monet (16ème)

Jusqu’au 06 juillet !

Cette exposition offre l’opportunité unique au public de  découvrir des tableaux pour la plupart jamais vus. Une centaine  de chefs-d’œuvre impressionnistes de collections particulières  constitue un ensemble d’exception.Quatre-vingt peintures et  une  vingtaine d’œuvres graphiques par Jean-Baptiste-Camille  Corot, Eugène Boudin, Johan Barthold Jongkind, Édouard  Manet, Frédéric Bazille, Claude Monet, Pierre-Auguste Renoir,  Edgar Degas, Camille Pissarro, Alfred Sisley, Gustave  Caillebotte, Berthe Morisot, Armand Guillaumin, Paul Cézanne,  Mary Cassatt, Eva Gonzalès et Auguste Rodin permettent de  retracer une histoire de l’impressionnisme à travers des œuvres  inédites. Cette exposition, unique et incontournable, témoigne  de la présence et de l’engouement toujours vifs des maîtres impressionnistes au sein des collections privées.

Du mardi au dimanche de 10h à 18h et nocturne les jeudis jusqu’à 20h. De 5 à 10 €.

7770159043_les-impressionnistes-en-prive-au-musee-marmottan-monet

Vincent Van Gogh / Antonin Artaud. Le Suicidé de la société l Musée d’Orsay (7ème)

Jusqu’au 06 juillet !

Quelques jours avant l’ouverture d’une rétrospective Van Gogh à Paris en 1947, le galeriste Pierre Loeb suggéra à Antonin Artaud (1896-1948) d’écrire un texte sur le peintre. Prenant le contrepied de la thèse de l’aliénation, Artaud s’attacha à démontrer comment la lucidité supérieure de Van Gogh gênait les consciences ordinaires. En voulant l’empêcher d’émettre « d’insupportables vérités », ceux que sa peinture dérangeait le poussèrent au suicide.
En s’appuyant sur les catégories ou les désignations singulières mises en avant par Artaud dans Van Gogh le suicidé de la société, le parcours de l’exposition se déroule à travers une trentaine de tableaux, un choix de dessins et de lettres de Van Gogh ainsi qu’une sélection d’œuvres graphiques du poète-dessinateur. L’écrivain voit dans la violence de la peinture de Van Gogh la réponse à l’obscénité haineuse du monde et des psychiatres. Dans une empathie saisissante pour le personnage de Van Gogh, Artaud, qui aura passé lui-même neufs ans à l’hôpital psychiatrique à Rodez, rend hommage à la lucidité supérieure du peintre dont il voit « le visage rouge sanglant venir ».

De 9h30 à 18h le mardi, le mercredi, le vendredi, le samedi et le dimanche. De 9h30 à 21h45 le jeudi. Tarif plein : 12 € / demi-tarif : 9,50 €

Vincent van Gogh (1853-1890)Portrait de l'artiste au chevalet, ParisDécembre 1887-février 1888Huile sur toileH. 65,1 ; L. 50 cmAmsterdam, Van Gogh Museum (Fondation Vincent van Gogh)© Amsterdam, Van Gogh Museum (Fondation Vincent van Gogh)

Vincent van Gogh (1853-1890)Portrait de l’artiste au chevalet, ParisDécembre 1887-février 1888Huile sur toileH. 65,1 ; L. 50 cmAmsterdam, Van Gogh Museum (Fondation Vincent van Gogh)© Amsterdam, Van Gogh Museum (Fondation Vincent van Gogh)

Robert Mapplethorpe l Grand Palais / Galerie Sud-Est (7ème)

Jusqu’au 13 juillet !

Robert Mapplethorpe est l’un des plus grands maîtres de la photographie d’art. C’est avec un noir et blanc extrêmement stylisé qu’il réalise portraits, nus, et natures mortes. Au-delà de la puissance érotique qui fait la célébrité de l’oeuvre de Mapplethorpe, l’exposition présente la dimension classique du travail de l’artiste et sa recherche de la perfection esthétique, à travers plus de 200 images qui couvre toute sa carrière du début des années 1970 à sa mort précoce en 1989.

Tous les jours de 10h à 20h sauf le mardi. Nocturnes jusqu’à 22h le mercredi. Tarif plein : 11 € / demi-tarif : 8 €

mapplethorpe

Indiens des Plaines l Musée du Quai Branly (7ème)

Jusqu’au 20 juillet !

Rassemblant 132 objets et œuvres d’art, l’exposition offre une vision sans précédent de la splendeur et de la continuité des traditions esthétiques des populations amérindiennes du 16ème au 20ème siècle. Dans le contexte de bouleversements culturels fondamentaux, les artistes des Plaines n’ont jamais cessé de créer des œuvres remarquables par leur inventivité et leur qualité technique. Elles témoignent d’une relation profonde et dynamique avec la terre et le ciel, le monde naturel et l’univers spirituel. Elles transcendent les frontières culturelles et frappent par leur beauté, leur mystère et leur expressivité.

Mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h. Jeudi, vendredi et samedi de 11h à 21h.  9 € / demi-tarif  7 €

indiens_des_plaines_800x600

De Watteau à Fragonard : Les Fêtes Galantes l Musée Jacquemart-André (8ème) ♥

Jusqu’au 21 juillet !

Il s’agit d’une grande exposition sur la peinture française du XVIIIe siècle et ses maîtres : à cette occasion, il réunit une soixantaine d’œuvres, essentiellement des peintures provenant d’importantes collections, le plus souvent publiques, françaises, allemandes, anglaises ou encore américaines.Le terme de « fête galante » désigne un genre pictural qui éclot au début du XVIIIe siècle, pendant la Régence (1715-1723), autour de la figure emblématique de Antoine Watteau (1684-1721). Dans des décors champêtres à la végétation luxuriante, Watteau met en scène le sentiment amoureux : danseurs, belles dames ou bergers s’adonnent à des divertissements ou à des confidences.Le thème de la fête galante a tout naturellement trouvé sa place au Musée Jacquemart-André, dont la collection de peintures françaises du XVIIIe siècle, réunies par Nélie Jacquemart et Édouard André, est l’un des joyaux.

Ouvert tous les jours, de 10h à 18h. Nocturnes les lundis et samedis jusqu’à 20h30 en période d’exposition. Jusqu’à 14 €

boucher_ecole_de_lamour_-_retouche_cl_0

François Boucher (1703-1770) – Pastorale – Huile sur toile, 64,5 x 81 cm – Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle © Staatliche Kunsthalle Karlsruhe

Paris 1900, la Ville Spectacle : Le Petit Palais (8ème)

Jusqu’au 17 août !

Une invitation à revivre les heures fastes de la capitale française au moment où elle accueille l’Exposition Universelle qui inaugure en fanfare le 20e siècle. Un accent particulier sera mis sur le spectacle, l’avènement du cinéma, la mode, les grands magasins, les salons et expositions : tout ce qui a contribué à construire l’image de Paris comme la ville à la fois du luxe et des loisirs pour tous. attention : je ne l’ai pas encore visitée, mais j’ai entendu dire qu’elle était très longue (à peu près 2h!).

Du mardi au dimanche de 10h à 18h,nocturne le jeudi  jusqu’à 20h. Plein tarif : 11 € / Tarif réduit : 8 € / Demi tarif : 5,50 €

paris-1900-ville-spectacle

Previous Post Next Post

Dans le même genre :

No Comments

Laisser un commentaire