Culture Les formules Musées

Formule n°1 : La Palette et Delacroix

Sous vos yeux ébahis, j’inaugure une nouvelle rubrique sur le blog : la formule !

Pourquoi ? Eh bien lors de mes nombreuses pérégrinations culturelles, j’aime bien chercher un endroit adéquat pour boire un verre / manger une pâtisserie / dîner / prendre un brunch… Alors au lieu de vous présenter mes adresses favorites séparément, voici une nouvelle façon de vous présenter une expo sympa doublée d’un resto génial… Ca vous tente ? N’hésitez pas à m’envoyer vos suggestions par email ou via les commentaires !

Voici donc la première formule : La Palette et Delacroix, tous deux dans le 6ème arrondissement de Paris.

☞ Café « La Palette ».

Vous le connaissez certainement, non ? A l’origine, c’est un bistrot traditionnel de rassemblement des étudiants des Beaux-Arts – dont l’institution est toute proche – des artistes parisiens et de passage, des galeristes et parfois de la jet-set (oh, comme j’aime ce mot rococo). Aussi snob et cool que l’exige le quartier, il a quand même de quoi pavoiser : il fut entre autres fréquenté par Braque, Cézanne, Picasso, Ernest Hemingway et Jim Morrison. Beau tableau de chasse…

Au croisement de la rue de Seine et de la rue Jacques-Callot, l’endroit comprend deux salles traditionnelles des bistrots parisiens – c’est-à-dire décorée de tableaux et céramiques des années 1930-40 – mais aussi une super terrasse. Sa façade et l’intérieur de sa deuxième salle ont tous deux été inscrits aux Monuments Historiques.

« Ah mais alors ça doit coûter un bras ! » me direz-vous : oui, vous n’avez pas tort, certains plats à la carte sont un poil onéreux. En revanche, il y a un bon plan, et c’est le brunch, super bon et carrément abordable – il ne coûte que 19,50€.

Café Restaurant La Palette

Au menu, une boisson chaude, une jus de fruits frais, des viennoiseries, des tartines avec confiture maison à l’abricot et beurre d’Isigny, des oeufs brouillés au saumon et sa crème aux échalotes, une salade de tomates, une salade de fruits frais et une briochette à la fleur d’oranger à tremper dans du sirop d’érable. Appétissant, non ?

Café Restaurant La Palette

La Palette
43 Rue de Seine, 75006 Paris
01 43 26 68 15

☞ Maintenant que vous êtes repus, dirigez-vous vers la rue de Furstenberg où se niche le Musée National d’Eugène Delacroix. Si vous êtes le premier dimanche du mois, l’entrée est gratuite pour tout le monde, profitez-en !

Café Restaurant La Palette

Le célèbre peintre abandonne son atelier de la rue Notre-Dame-de-Lorette – trop loin de l’église Saint-Sulpice dont il avait été chargé de décorer une chapelle – pour s’installer rue de Furstenberg le 28 décembre 1857. Sévèrement malade, c’était plutôt cool pour lui de trouver un logement relativement proche de Saint-Sulpice. Une fois installé, l’artiste relate son émerveillement dans son journal intime, telle une adolescente exilée à la campagne : « Mon logement est décidément charmant (…). Réveillé le lendemain en voyant le soleil le plus gracieux sur les maisons qui sont en face de ma fenêtre. La vue de mon petit jardin et l’aspect riant de mon atelier me causent toujours un sentiment de plaisir.  » (Journal, 28 décembre 1857). Eugène Delacroix vécut dans cet appartement jusqu’à sa mort, le 13 août 1863.

Afin de préserver l’intimité et le charme des lieux, le musée – devenu national en 1971 et rattaché à l’établissement public du musée du Louvre en 2004 – a acquis des oeuvres qui s’attachent à mettre en lumière la vie privée, et souvent méconnue, du peintre. Ainsi, se succèdent des portraits de sa gouvernante, la fidèle Jenny le Guillou, ses amis, comme Thales Fielding avec qui il a partagé son atelier rue Jacob, ou encore des oeuvres qui témoignent de ses influences littéraires et picturales. Toutes ces peintures, aquarelles et autres lithographies permettent de comprendre les goûts artistiques et humains de Delacroix. Par exemple, il était sacrément obsédé par Faust et les tragédies shakespeariennes, qui ont beaucoup nourri son imaginaire romantique.

Après la visite des appartements, sortez par l’escalier en fer forgé et entrez dans l’atelier. Bien que locataire, Delacroix eut la possibilité de faire construire un atelier, aujourd’hui conservé tel que le peintre le disposa. Flanqué de grandes baies vitrées, l’endroit regorge d’oeuvres majeures acquises par le musée : La Madeleine au désert, tableau préféré de Baudelaire, L’Education de la Vierge, peinte pour George Sand… On peut même observer ses sabres, ses meubles et surtout, surtout, les palettes encore pleines de peinture. Quelle émotion…

Musée Eugène Delacroix Paris

Décidément chanceux, Delacroix pouvait bénéficier seul du petit jardin attenant, que l’on peut également visiter à notre tour. Rénové en 2012 par les jardiniers en chef des Tuileries, il nous permet de retrouver les mêmes sensations béates que l’artiste à l’époque, en témoigne son cher journal : « Mon logement est décidément charmant, la vue de mon petit jardin et l’aspect riant de mon atelier me causent toujours un sentiment de plaisir ».

Musée Eugène Delacroix Paris

Musée Eugène Delacroix Paris

Musée National Eugène Delacroix
6 Rue de Furstenberg, 75006 Paris
01 44 41 86 50

Previous Post Next Post

Dans le même genre :

1 Comment

  • Reply Vasone

    Bravo pour votre site, je le lis avec délectation. La présentation est superbe et le contenu est extrêmement agréable à lire.

    Continuez !

    Miguel

    28 juillet 2017 at 11 h 00 min
  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.