Art de vivre Découvertes

Une journée chez Dammann Frères

Dammann Frères thé

Il y a quelques jours de cela, j’ai reçu la plus belle invitation possible pour l’inconditionnelle de thés que je suis : une journée chez Dammann Frères !

J’ai appris tellement de choses et rencontré des personnes si inspirantes que je vous ai préparé un article long comme le bras. Accrochez-vous à vos barbes… Comme à mon habitude, commençons par contextualiser tout ça avec un peu d’Histoire et de sociologie.

Introduites au XVIIe siècle en Europe, les boissons issues du cacaoyer, du caféier et du théier – plantes exogènes à l’Europe – sont d’abord louées pour leurs vertus médicales avant d’être associées aux plaisirs et autres civilités de l’époque. Comme tous produits importés, ce sont des consommations hors de prix qui s’introduisent rapidement auprès des cours d’Europe. Pour les boire comme il se doit, on s’est empressé d’inventer des nécessaires et des services adéquats. C’est ce qui a par la suite permis l’apparition de lieux de consommation publique – comme les cafés – mais aussi de nouvelles pratiques de table tels le petit déjeuner et le goûter.

Back in 1692 : le sieur Damane se voit octroyer par ordonnance royale le privilège exclusif de vendre et distribuer ces boissons (eh oui, le roi avait sacrément besoin d’argent), ce qui arrange bien ses affaires. En 1950 et contrairement à l’Angleterre, le thé n’est pas très populaire en France. Pour y remédier, Robert Dammann et Jean Jumeau-Lafond s’associent et commencent à démarcher les épiceries fines, aussi populaires que nombreuses à l’époque, pour leur proposer la distribution de thé en vrac. Bonne idée, ça cartonne !

Parenthèse potin à l’eau de rose : Vera, la femme de Jean Jumeau-Lafond, avait en horreur la bergamote et avait pris l’habitude de presser un peu d’orange dans son thé pour en masquer le goût. Son mari en a profité pour inventer le premier thé aromatisé moderne : le goût russe « Douchka ». Une jolie déclaration, non ? (Romain, c’est à toi que je m’adresse.)

Mais passons outre le romantisme scandaleux de cette anecdote et continuons notre genèse. En 1990, Didier Jumeau-Lafond, développe avec le Dr Sano le sachet cristal typique de la marque, de façon à conserver la qualité du vrac en sachet. En fait, depuis les premiers balbutiements de la marque, tout le monde consomme du Dammann sans le savoir. Longtemps connue des seuls spécialistes et réservée à la distribution auprès des détaillants et des grands noms de l’épicerie de luxe en France (par exemple, Fauchon et Hédiard), ce n’est qu’en 2005 que la marque s’est lancée à son compte, développant sa propre gamme de thés ainsi que ses iconiques boîtes noires.

Cette petite dérogation historique prise, revenons à ce qui nous unit : la journée passée aux côtés de toute l’équipe de Dammann Frères, dans leur usine de Dreux.

C’est Emmanuel Jumeau-Lafond, héritier et tea blendeur spécialisé sur l’Inde (c’est-à-dire qu’il achète des thés d’origine et créé des blends), qui nous a présenté la marque, avant de laisser la parole à Marine Sonié, acheteuse de thé spécialisée sur les thés de Chine et du Japon.

Sur la vingtaine de thés dégustés, mes préférés ont été le thé vert de chine « Printemps sur le lac« , l’oolong « Teguanyin green« , le Pu-erh Blanc sauvage et surtout un oolong taïwannais « High Mountain Jin Xuan » aux notes surprenantes de noix de coco !

Ensuite, direction l’usine pour une visite aux côtés d’Alexis Grand, avant de terminer en beauté avec Aline Guglielmino Taillefer, qui exerce le métier de magicienne aromaticienne. Paul et Virginie sur base de thé vert ? C’est elle. Jardin du Luxembourg ? C’est elle aussi.

Pompom sur le gâteau : la création d’un thé personnalisé selon les règles de l’art. Je pavane de fierté rien qu’à l’idée de vous présenter « Anthropophagie », un thé noir sur notes d’amande amaretti, caramel toffee et vanille…

Dammann Frères thé

Dammann, encore merci pour cette journée incroyable !

Pour ceux qui seraient de passage vers Dreux, pensez à vous rendre au magasin de l’usine : c’est tout bonnement le paradis !

Dammann Frères
1 Rue de Réveillon, 28100 Dreux

Previous Post Next Post

Dans le même genre :

2 Comments

  • Reply Les Fourberies d'Escarpin

    Trop bien trop bien trop bien !!!!!

    18 juillet 2016 at 11 h 56 min
  • Reply Addie

    TOP article Anaïs – bravo 😉 Moi j’ai 1 idée pour toi – pour qualifier Aline… Aromagicienne 😉

    18 juillet 2016 at 15 h 53 min
  • Laisser un commentaire