Art de vivre Pêle-mêles

Pêle-Mêle n°6

Hier, je me suis innocemment retrouvée sur l’e-shop de Breegitte et mon être s’est violemment entiché de sa bougie « Poudre de Riz ». Voici la description de la chose :

« Bougie faite par mes soins. 100% végétale, biodégradable, sans ogm et non testée sur les animaux (chic !). Cette bougie n’est pas chimique. Son odeur est douce et ressemble un peu à celle du talc. On pensera de suite aux petites fesses d’un nourrisson rempli de talc (ça tombe bien, c’est pile l’odeur d’un séant de nourrisson que je veux comme ambiance dans mon salon) (Minou, tu es d’accord ?). La Bougie comprend 240gr de cire soit environ 70 heures de bonheur (ohhh !). Cette bougie peut aussi être utilisée comme bougie de massage (!) (je suis un peu à court de vocabulaire…). La cire utilisée est végétale et brûle à température basse. Pas de risque de brûlures. Il suffit de verser un peu de cire dans votre paume de main et effectuer le massage. La bougie laissera une odeur douce et délicate sur la peau (amour toujours !). »

Source photo : Breegitte

Source photo : Breegitte

Elle coûte 25€, vient d’ici, mais elle est n’est bien évidemment plus en stock puisque que je m’amourache de trucs sortis il y a un demi siècle. Tant pis pour le massage aux fesses de bébé ! (cela étant Breegitte, si tu la remets en stock, tu sais où me contacter… et si ce petit bracelet léopard venait à réapparaitre par le truchement du Saint Esprit aussi d’ailleurs). Après, n’étant pas sectaire, je reste ouverte à celle la Fleur d’Oranger (« Son odeur est délicate. On aime tous son odeur que ça soit sur nos mains ou dans nos gâteaux… »),  la Fleur du Mal (« Son odeur est masculine. Ce mélange divin de Santal, thym sauvage et fève de Tonka ne laissera personne indifférent. ») et la Fleur de Coton (« Son odeur est douce, délicate peu poudrée avec une légère note de bambou »). Et la réponse est OUI, je traverse bel et bien une phase d’obsession pour les fleurs, au grand dam d’à peu près tout le monde.

source photo : Inside Closet

source photo : Inside Closet

En parlant de bougies, j’ai décidé de faire exactement pareil que dans la photo ci-dessus, à savoir disposer d’un petit gobelet en porcelaine rempli d’allumettes pour éviter de parcourir frénétiquement mon appartement à la recherche d’un briquet quand l’envie me prend d’allumer une bougie (c’est-à-dire de façon soudaine et irrépressible), d’en essayer 6 d’affilées qui évidemment ne marchent plus mais que j’entrepose de-ci, de-là, puis considérer l’option « plaque à gaz » et abandonner parce que c’est vraiment une idée débile.

Anthropophagie Artisan ParfumeurÉté oblige, j’arrête de porter du parfum au profit d’un pschitt de crème solaire au Monoï sur les poignets. Bois Farine est un des trois parfums que je porte très régulièrement (avec Daisy de Marc Jacob et Clair de Lune de Cartier) : j’adore le fait qu’il soit si poudré, comme ben… de la farine en fait. Eh oui, on comprend mieux mon intérêt pour la Bougie Fesses de Bébé mentionnée plus haut…

Anthropophagie BootsCes trois produits sont parmi mes préférés en été : une crème hydratante à la mangue et à la fleur d’oranger que j’aime très fort et dont le parfum me rend extatique, un après shampoing à l’huile de gingembre et à la crème de sésame (je passe mon temps à sentir amoureusement mes cheveux après l’application…) et une crème pour le corps à la mangue dont l’odeur est si forte qu’une fois entièrement ointe j’ai cette impression d’être une mangue dodue et mûre à souhait. Dit comme ça, c’est peu ragoûtant, mais essayez et vous comprendrez la magie. Ces produits viennent de Boots en Thaïlande : j’adore Boots de base, mais alors les Boots thaïlandais sont vraiment dingos, ils proposent des produits avec des composants locaux (comme une très chouette crème pour le visage au Tea Tree, complètement magique !) et ne coûtent presque rien. Je ramène souvent mes produits en double…

Anthropophagie PassageJe suis en train de lire Passage, de Karel Pecka. C’est très bien, j’en ferai sûrement une critique plus tard. Le porte monnaie vient de Chez Papa pique et Maman coud, et le vernis d’une boutique étrange à Paros, en Grèce.

 

Previous Post Next Post

Dans le même genre :

No Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.